Le passage au Numérique c’est maintenant !

  • Posted on: 14 December 2016
  • By: onecca
Miniature: 

Extrait de l’ouvrage « L’expert-comptable et l’économie numérique » de Philippe Arraou, par Moctar Wally NDIAYE, Secrétaire Exécutif de l’ONECCA

La promesse des nouveaux outils est de simplifier la gestion quotidienne des entreprises par l’automatisation des tâches à faible valeur ajoutée et la mise à disposition en temps réel d’informations de gestion : tableaux de bords, suivi des dépenses, etc.

Cette automatisation des tâches n’est pas probable, elle est réelle, actuelle et présente. Cela nous conduit à repenser le modèle de la comptabilité pour chercher à automatiser le process de production, c’est-à-dire l’enregistrement des écritures comptables. Nos éditeurs ont déjà des offres. A chacun de choisir le produit qui lui convient, le plus rapidement possible, car le changement est engagé et sera généralisé à très court terme, au point d’être devenu une évidence dans très peu de temps.

Nous avons vu que le chiffre d’affaires relatif à la mission traditionnelle de tenue de la comptabilité représente aujourd’hui près de la moitié du chiffre d’affaires de la profession. Pour la très grande majorité des cabinets, c’est bien plus, parfois la totalité.

Voilà pourquoi la profession est en train de traverser une zone de turbulences. Nous y sommes entrés et n’en sortirons indemnes qu’à la condition de bien tenir la barre. Il s’agit de garder le cap ! Cela impose à chacun d’avoir une approche stratégique face à ses propres clients, et face au marché. Comme pour le verre à moitié vide ou à moitié plein, libre à chacun d’y voir une menace ou une opportunité.

La menace touche à ce qui a été l’histoire de la profession avec sa forte implication dans l’enregistrement de la comptabilité des entreprises. L’opportunité touche à l’évolution de nos missions pour consacrer moins de temps à la comptabilité tout en conservant la main mise sur le système d’information comptable, et pour enfin nous dédier davantage à l’accompagnement de nos clients et ainsi toucher à des missions de conseil, à plus forte valeur ajoutée pour les entreprises, mais pour nous aussi, sans oublier l’intérêt intellectuel.

Comment ne pas voir dans cette évolution une incroyable opportunité pour notre profession, une chance inestimable à ne surtout pas laisser passer ? Il en va de l’avenir de la profession, et bien sûr de son attractivité auprès des jeunes générations.

La comptabilité ne doit pas être jetée aux orties, loin de là, mais elle ne doit plus être l’unique offre de services des cabinets. En restant l’épicentre de la prestation du cabinet, elle permet de développer d’autres prestations, plus perceptibles pour nos clients, et donc mieux appréciées : « de plus en plus experts, de moins en moins comptables ! »